Sans titre

Le Bulletin de la semaine

    Le bulletin de la semaine

 

Le célibat sacerdotal

Le célibat sacerdotal,

fondements, joies, défis de Pie XI à Benoit XVI

 

Conférence du Cardinal Mauro Piacenza

préfet de la Congrégation pour le Clergé tenue à Ars du 24 au 26 janvier 2011 (suite et fin)

 

Tous les thèmes que le Magistère a abordés jusqu'ici et que nous avons examinés sont admirablement repris dans la définition du Catéchisme : les motivations cultuelles et celles de l'Imitatio Christi dans l'annonce du Royaume de Dieu, celles qui découlent du service apostolique et celles d'ordre ecclésiologique et eschatologique. Le fait que la réalité du célibat soit entrée dans le Catéchisme de l'Eglise Catholique montre qu'elle est intimement liée au cœur de la Foi chrétienne.


6. Benoît XVI et Sacramentum Caritatis

Le dernier Pape que nous examinons est le Saint Père actuel, Benoît XVI, dont le Magistère sur le célibat sacerdotal ne laisse aucun doute sur la validité permanente de la norme disciplinaire et, surtout et avant tout, sur son fondement théologique, particulièrement christologique et eucharistique.

Le Saint Père a consacré au thème du célibat un numéro complet de l'Exhortation Apostolique Post-synodale, Sacramentum Caritatis. Nous lisons : « Les Pères synodaux ont voulu souligner que le sacerdoce ministériel requiert, à travers l'ordination, l'entière configuration au Christ. Tout en respectant les pratiques différentes et la tradition orientale, il convient de rappeler le sens profond du célibat sacerdotal, justement considéré comme une richesse inestimable et confirmé aussi dans la pratique orientale qui choisit les Evêques seulement parmi ceux qui vivent dans le célibat et qui tient en grande estime le choix du célibat opéré par de nombreux prêtres. Dans un tel choix, en effet, le dévouement qui conforme le prêtre au Christ et l'offrande exclusive de lui-même pour le Règne de Dieu trouvent une expression particulière. Le fait que le Christ lui-même, prêtre pour l'éternité, ait vécu sa mission jusqu'au sacrifice de la Croix dans l'état de virginité constitue le point de référence sûr pour recueillir le sens de la Tradition de l'Église latine sur cette question. Il n'est donc pas suffisant de comprendre le célibat sacerdotal en termes purement fonctionnels. En réalité, il est une conformation particulière au style de vie du Christ lui-même. Ce choix est avant tout sponsal ; il est identification au cœur du Christ Époux, qui donne sa vie pour son Épouse. Unie à la grande tradition ecclésiale, au Concile Vatican II et aux Souverains Pontifes mes prédécesseurs, je redis la beauté et l'importance d'une vie sacerdotale vécue dans le célibat comme signe exprimant le don de soi total et exclusif au Christ, à l'Église et au Règne de Dieu, et j'en confirme donc le caractère obligatoire pour la tradition latine. Le célibat sacerdotal vécu avec maturité, joie et dévouement est une très grande bénédiction pour l'Église et pour la société elle-même » (n. 24).

Comme on le note facilement, l'Exhortation Apostolique invite à plusieurs reprises le Prêtre à vivre dans l'offrande de soi, jusqu'au sacrifice de la croix, dans un don total et exclusif au Christ. Le lien que l'Exhortation Apostolique rappelle entre célibat et Eucharistie est particulièrement remarquable ; si cette théologie du Magistère est pleinement reçue et vraiment appliquée dans l'Eglise, l'avenir du célibat sera lumineux et fécond car ce sera un avenir de liberté et de sainteté sacerdotale. Nous pourrions ainsi parler non seulement de « nature sponsale » du célibat, mais aussi de sa « nature eucharistique », qui découle de l'offrande que le Christ fait à tout instant de Lui-même à l'Eglise et qui se reflète avec clarté dans la vie des prêtres. Ceux-ci sont appelés à reproduire dans leur vie le Sacrifice du Christ à qui ils ont été identifiés par la grâce de l'Ordination sacerdotale.

De la nature eucharistique du célibat découlent tous les développements théologiques possibles, qui placent le Prêtre face à son office fondamental : la Célébration de l'Eucharistie, dans laquelle les paroles : « Ceci est Mon Corps » et « Ceci est Mon Sang » n'opèrent pas seulement l'effet sacramentel qui est le leur, mais doivent façonner progressivement et concrètement l'offrande de la vie sacerdotale elle-même.

Le prêtre célibataire est ainsi associé personnellement et publiquement à Jésus Christ ; il Le rend réellement Présent, et devient lui-même offrande, grâce à ce que Benoît XVI appelle : « la logique eucharistique de l'existence chrétienne ».

Plus on reviendra, dans l'Eglise, au caractère central de l'Eucharistie, célébrée dignement et adorée en tout temps, plus grandes seront la fidélité au célibat, la compréhension de sa richesse inestimable et, permettez-moi de le dire, la floraison de saintes Vocations au Ministère ordonné.

Dans son discours à l'occasion de l'Audience à la Curie Romaine pour la présentation des vœux de Noël, le 22 décembre 2006, Benoît XVI disait encore : « Le véritable fondement du célibat ne peut être contenu que dans la phrase: Dominus pars - Tu es, Seigneur, ma terre. Il ne peut être que théocentrique. Il ne peut signifier être privés d'amour, mais il doit signifier se laisser gagner par la passion pour Dieu, et apprendre ensuite, grâce à une présence plus intime à ses côtés, à servir également les hommes. Le célibat doit être un témoignage de Foi: la Foi en Dieu devient concrète dans cette forme de vie qui a un sens uniquement à partir de Dieu. Placer sa vie en Lui, en renonçant au mariage et à la famille signifie que j'accueille et que je fais l'expérience de Dieu comme réalité et que je peux donc l'apporter aux hommes ».

Seule l'expérience de l' « héritage », que le Seigneur constitue pour chaque existence sacerdotale, rend efficace ce témoignage de Foi qu'est le célibat. Comme le Saint Père lui-même l'a rappelé dans le Discours aux participants de la Plénière de la Congrégation pour le Clergé, le 16 mars 2009, celui-ci est « Apostolica vivendi forma, [...] la participation à une ‘vie nouvelle' entendue de façon spirituelle, à ce ‘nouveau style de vie', qui a été inauguré par le Seigneur Jésus et qui a été adopté par les apôtres ».

L'Année sacerdotale, récemment achevée, a été l'occasion de divers interventions du Saint Père sur le thème du Sacerdoce, en particulier dans les catéchèses du mercredi, consacrées aux tria munera, et dans celles qu'il a prononcées à l'occasion de l'inauguration et de la clôture de l'Année Sacerdotale, ainsi qu'à l'occasion des événements concernant saint Jean-Marie Vianney. Le dialogue du Saint Père avec les prêtres, durant la grande Veillée de clôture de l'Année Sacerdotale a été particulièrement important. Interrogé sur la signification du célibat et sur les difficultés qu'on rencontre pour le vivre dans la culture contemporaine, le Pape a répondu en partant du caractère central de l'Eucharistie quotidienne dans la vie du Prêtre qui, en agissant in Persona Christi, parle en se situant dans le « Moi » du Christ, réalisant ainsi la permanence dans le temps de l'unicité de son Sacerdoce. Il a ajouté : « Cette unification de son "moi" avec le nôtre implique que nous sommes "attirés" aussi dans sa réalité de Ressuscité. Nous allons de l'avant vers la vie pleine de la Résurrection [...]. En ce sens le célibat est une anticipation. Nous transcendons ce temps et nous allons de l'avant, en "attirant" ainsi nous-mêmes et notre temps vers le monde de la Résurrection, vers la nouveauté du Christ, vers la vie nouvelle et vraie ». Le Magistère de Benoît XVI confirme par là la relation intime qui existe entre la dimension eucharistique en tant que source du célibat et sa dimension eschatologique, à la fois anticipée et réalisée.

En cette même occasion, le Saint Père a affirmé avec une audace prophétique : « Pour le monde agnostique, le monde où Dieu n'a rien à voir, le célibat est un grand scandale, parce qu'il montre précisément que Dieu est considéré et vécu comme une réalité. Avec la vie eschatologique du célibat, le monde futur de Dieu entre dans la réalité de notre temps ».

Comment l'Eglise pourrait-elle vivre sans le scandale du célibat ? Sans des hommes prêts à affirmer la réalité de Dieu dans le présent, également et surtout dans leur propre chair ? Ces affirmations ont trouvé leur synthèse et, en un certain sens, leur couronnement dans le dialogue extraordinaire qu'il y a été pour la clôture de l'Année Sacerdotale, le Pape a prié pour que, comme Eglise, nous soyons libérés des scandales secondaires afin qu'apparaisse le vrai scandale de l'histoire, qui est le Christ Seigneur.


Conclusion (en 7 points)

Au terme de ce parcours qui nous a vu mettre en lumière quelques passages plus significatifs du magistère pontifical sur le célibat, de Pie XI au Saint Père Benoît XVI, nous pouvons établir un bilan conclusif qui serve de base de travail pour la formation des Prêtres afin qu'ils accueillent et vivent pleinement ce don du Seigneur.

1. On découvre avant tout la profonde continuité entre le Magistère qui a précédé le Concile Œcuménique Vatican II et celui qui est venu ensuite. Bien que ce soit avec des accents parfois assez différents, plus liturgiques et sacraux ou plus christologiques et pastoraux, le Magistère ininterrompu des Pontifes étudiés concorde à fonder le célibat sur la réalité théologique du Sacerdoce ministériel, sur la configuration ontologique et sacramentelle au Christ Seigneur, sur la participation à Son unique Sacerdoce et sur l'Imitatio Christi que cela implique. Seule une herméneutique erronée des textes du Concile pourrait amener à voir dans le célibat un reliquat du passé dont il faudrait se libérer au plus vite. Outre le fait qu'elle est historiquement, doctrinalement et théologiquement fausse, cette position est également très dangereuse du point de vue spirituel, pastoral, missionnaire et vocationnel.

2. On voit, à la lumière du Magistère pontifical étudié, qu'il faut dépasser la réduction, si diffuse en certains milieux, du célibat à une simple loi ecclésiastique. C'est une loi pour la seule raison qu'il s'agit d'une exigence du Sacerdoce et de la configuration au Christ opérée par le Sacrement. En ce sens la formation au célibat, en plus de tous les aspects humains et spirituels, doit comporter une solide dimension doctrinale, car on ne peut pas vivre ce dont on n'en comprend pas le motif !

3. le « débat » sur le célibat qui réapparaît périodiquement au cours des siècles, ne favorise pas la compréhension sereine de la part des jeunes générations à propos d'une donnée aussi déterminante de la vie sacerdotale. Tout le monde doit prendre pour soi ce que Pastores dabo vobis a affirmé avec autorité au n. 29, en reprenant intégralement le vœu de toute l'Assemblée Synodale : « Le Synode ne veut laisser aucun doute dans l'esprit de tous sur la ferme volonté de l'Église de maintenir la loi qui exige le célibat librement choisi et perpétuel pour les candidats à l'ordination sacerdotale, dans le rite latin. Le Synode demande que le célibat soit présenté et expliqué dans toute sa richesse biblique, théologique et spirituelle comme don précieux fait par Dieu à son Église et comme signe du Royaume qui n'est pas de ce monde, signe aussi de l'amour de Dieu envers ce monde, ainsi que de l'amour sans partage du prêtre envers Dieu et le peuple de Dieu ».

4. Le célibat est une question de radicalisme évangélique ! Pauvreté, chasteté et obéissance ne sont pas des conseils réservés exclusivement aux religieux, ce sont des vertus qu'il faut vivre avec une intense ardeur missionnaire. Nous ne pouvons pas trahir nos jeunes ! Nous ne pouvons pas abaisser le niveau de la formation et, de fait, de la proposition de la foi ! Nous ne pouvons pas trahir le peuple saint de Dieu qui attend de saints pasteurs comme le Curé d'Ars ! Nous devons envisager la Sequela Christi de façon radicale ! Et nous ne craignons pas la baisse du nombre des clercs. Le nombre diminue quand on fait baisser la température de la foi ; parce que les vocations sont une « affaire » divine et non humaine, elles suivent la logique divine qui est folie humaine ! Cela demande la foi !

5. Dans un monde profondément sécularisé, il est de plus en plus difficile de comprendre les motifs du célibat. Nous devons cependant avoir le courage, comme l'Eglise, de nous demander si nous voulons nous résigner face à cette situation en acceptant la sécularisation croissante des sociétés et des cultures comme un fait inéluctable, ou bien si nous sommes prêts à œuvrer pour une nouvelle évangélisation profonde et authentique, au service de l'Evangile et, par conséquent, de la vérité de l'homme.

En ce sens, j'estime que le soutien motivé du célibat et sa juste valorisation dans la vie de l'Eglise et du monde peuvent compter parmi les moyens les plus efficaces pour lutter contre la sécularisation. Sinon, que voudrait dire le Saint Père quand il affirme que le célibat « signifie qu'on accueille et qu'on fait l'expérience de Dieu comme réalité » ?

6. Le fondement théologique du célibat doit être perçu à la lumière de la nouvelle identité qui est donnée à celui qui fait partie de l'Ordre sacerdotal. Le caractère central de la dimension ontologique et sacramentelle et, par conséquent, la dimension eucharistique qui fait partie de la structure du Sacerdoce constituent le milieu naturel de la compréhension, du développement et de la fidélité concrète au célibat. Alors, la question essentielle n'est pas de débattre sur le célibat mais sur la qualité de la foi de nos communautés. Quelle attente du Royaume ou quelle tension eucharistique pourrait vivre une communauté qui ne tiendrait pas le célibat en grande estime ?

7. Votre colloque a comme sous-titre: « Fondements, joies, défis ». Je suis convaincu que les deux premiers termes : la connaissance des fondements et l'expérience joyeuse d'un célibat pleinement vécu et donc profondément humanisant, permettent non seulement de répondre à tous les défis que le monde a toujours présentés au célibat, mais aussi de transformer le célibat en défi pour le monde. Comme je l'ai signalé dans le premier point de ces conclusions, nous ne devons pas nous laisser conditionner ou intimider par un monde sans Dieu qui ne comprend pas le célibat et voudrait l'éliminer, mais nous devons au contraire retrouver une conscience intellectuellement fondée que notre célibat défie le monde en mettant profondément en cause son sécularisme et son agnosticisme et en criant, à travers les siècles, que Dieu existe et qu'il est Présent !

 

Posté le 17 mars 2011 par Abbé Jean-Laurent Lefèvre


Le célibat sacerdotal - 2

Le célibat sacerdotal,

fondements, joies, défis de Pie XI à Benoit XVI

 

Conférence du Cardinal Mauro Piacenza

préfet de la Congrégation pour le Clergé tenue à Ars du 24 au 26 janvier 2011 (suite...)

 

3. Jean XXIII et l'Encyclique Sacerdotii nostri primordia

Comme vous le savez, le Bienheureux Jean XXIII a consacré une Encyclique entière au saint Curé d'Ars, pour le premier centenaire de sa naissance au Ciel. Les thèmes fondamentaux de la virginité et du célibat pour le Royaume des Cieux qu'avaient développés Pie XI et surtout Pie XII, y sont repris par Jean XXIII et concrétisés par la figure exemplaire de saint Jean Marie Vianney qu'il présente comme la quintessence du Sacerdoce catholique.

Le Saint Père explique que toutes les vertus nécessaires et spécifiques du prêtre ont été accueillies et vécues par saint Jean-Marie Vianney. Dans le texte de l'Encyclique, il met l'accent sur l'ascèse sacerdotale, le rôle de la prière et du Culte eucharistique, sur le zèle pastoral qui en découle.

En citant implicitement Pie XI, l'Encyclique reconnaît que l'accomplissement des fonctions sacerdotales exige une sainteté plus grande que celle qui est requise par l'état religieux, et elle affirme que la grandeur du Sacerdoce consiste dans l'imitation de Jésus Christ. Jean XXIII écrit : « La chasteté brillait dans son regard, a-t-on dit du Curé d'Ars. En vérité, qui se met à son école est saisi non seulement par l'héroïsme avec lequel ce prêtre réduisit son corps en servitude (cf. 1 Cor 9, 27), mais aussi par l'accent de conviction avec lequel il réussissait à entraîner à sa suite la foule de ses pénitents ». Pour le Bienheureux Jean XXIII, c'est une évidence lumineuse que, chez le Curé d'Ars, il y a un lien entre l'efficacité ministérielle et la fidélité dans la parfaite continence pour le Royaume des Cieux, et que cette dernière n'est pas conditionnée par les exigences du Ministère. Au contraire, et cela contre toute réduction fonctionnelle du Sacerdoce, c'est le Ministère lui-même, dans son plus total épanouissement, qui est conditionné et quasi causé par la fidélité au célibat. Le Pape ajoute : « Cette ascèse nécessaire de la chasteté, loin de refermer le prêtre dans un stérile égoïsme, rend son cœur plus ouvert et plus disponible à tous les besoins de ses frères : "Lorsque le cœur est pur, disait magnifiquement le Curé d'Ars, il ne peut pas se défendre d'aimer, parce qu'il a retrouvé la source de l'amour qui est Dieu" ». Avec cette argumentation parfaitement théologique, on comprend bien que l'Esprit de Dieu et l'esprit du monde sont diamétralement opposés.

L'Encyclique met en lumière le lien constitutif entre célibat, identité sacerdotale et célébration des divins Mystères. Elle souligne particulièrement le lien entre l'offrande eucharistique du divin Sacrifice et le don quotidien de soi qui se vit, entre autre, dans le célibat sacré. Le Magistère pontifical reconnaissait ainsi, et cela déjà en 1959, que les hésitations par rapport à la fidélité et à la nécessité du célibat ecclésiastique proviennent en grande partie d'un manque de compréhension de son rapport avec la Célébration Eucharistique. En elle, le Prêtre participe réellement, et non de façon fonctionnelle, à l'offrande unique et définitive du Christ, qui est actualisée et représentée dans l'Eglise pour le Salut du monde. Une telle participation implique l'offrande de soi qui doit être intégrée et qui doit pour cela inclure également la chair dans la virginité. Qui ne voit alors le nœud vital qui existe entre Eucharistie, culte divin et sacerdoce ordonné ? Le culte et le Sacerdoce sont liés entre eux. On ne peut développer ce qui concerne l'un sans soigner l'autre. Il faut y réfléchir quand on s'occupe de formation sacerdotale et il faut aussi être conscient que la nouvelle évangélisation, qui est absolument indispensable, dépend de la réforme des clercs.

Cette parole du Bienheureux Jean XXIII est plus actuelle que jamais : « Nous demandons à nos chers prêtres de s'examiner régulièrement sur la façon dont ils célèbrent les saints mystères, et surtout sur les dispositions spirituelles avec lesquelles ils montent à l'autel et sur les fruits qu'ils s'appliquent à en retirer ». L'Eucharistie est à la fois source du célibat sacré, lieu de vérification de sa fidélité, moment concret d'offrande réelle de soi au Seigneur.


4. Paul VI et Sacerdotalis caelibatus

Publié le 24 juin 1967, Sacerdotalis caelibatus est la dernière Encyclique entièrement consacrée par un Pape au thème du célibat. Dans le contexte de l'immédiat après-Concile, en reprenant toute la Doctrine conciliaire, Paul VI a senti le besoin de rappeler avec l'autorité d'un acte magistériel la validité permanente du célibat ecclésiastique qui, de façon encore plus véhémente qu'aujourd'hui, était contesté dans sa légitimité par le biais de véritables tentatives d'argumentations biblique, historique, théologique et pastorale.

On sait que Presbyterorum Ordinis distingue le célibat en soi et la loi du célibat, en affirmant au n. 16 : « La pratique de la continence parfaite et perpétuelle pour le Royaume des cieux a été recommandée par le Christ Seigneur ; tout au long des siècles, et de nos jours encore, bien des chrétiens l'ont acceptée joyeusement et pratiquée sans reproche. Pour la vie sacerdotale particulièrement, l'Eglise l'a tenue en haute estime [...]. C'est donc pour des motifs fondés sur le mystère du Christ et sa mission, que le célibat, d'abord recommandé aux prêtres, a été ensuite imposé par une loi dans l'Eglise latine à tous ceux qui se présentent aux Ordres sacrés ». Cette distinction se trouve dans le troisième chapitre de l'Encyclique de Pie XII Ad catholici Sacerdotii, et au n. 21 de l'Encyclique de Paul VI. Les deux documents ramènent toujours la loi du célibat à sa véritable origine : elle provient des Apôtres et, à travers eux, du Christ lui-même.

Au n. 14 de l'Encyclique, le Serviteur de Dieu Paul VI déclare : « Nous estimons donc que la loi du célibat actuellement en vigueur doit, encore de nos jours et fermement, être liée au ministère ecclésiastique ; elle doit soutenir le Ministre de l'Église dans son choix exclusif, définitif et total de l'Amour unique et souverain du Christ, du dévouement au Culte de Dieu et au service de l'Église, et elle doit qualifier son état de vie aussi bien dans la communauté des fidèles que dans la société profane ». On le voit immédiatement, le Pape reprend les raisons cultuelles du Magistère précédent et les ajoute aux motifs théologiques, spirituels et pastoraux qui ont été davantage mis en avant par le Concile Œcuménique Vatican II. Il montre ainsi qu'il ne faut jamais considérer en antithèse ces deux types de motifs, mais les voir en relation mutuelle et selon une synthèse féconde.

On retrouve la même chose au n. 19 du Document qui présente la mission du Prêtre, comme ministre du Christ et intendant des mystères de Dieu, avec un sommet au n. 21 qui dit : « Le Christ est resté durant toute sa vie dans l'état de virginité, qui signifie son dévouement total au service de Dieu et des hommes. Ce lien profond qui, dans le Christ, unit la virginité et le sacerdoce, se reflète en ceux à qui il échoit de participer à la dignité et à la mission du Médiateur et Prêtre éternel, et cette participation sera d'autant plus parfaite que le ministre sacré sera affranchi de tout lien de la chair et du sang ». L'hésitation que l'on perçoit dans la compréhension de la valeur inestimable du célibat sacré et par conséquent dans sa juste mise en valeur et, là où c'est nécessaire, dans sa défense résolue, pourrait s'expliquer par une mauvaise compréhension de la portée réelle du Ministère ordonné dans l'Église et de sa relation au Christ souverain Prêtre, relation la plus haute qui soit, relation ontologique et sacramentelle, c'est-à-dire réelle.

A ces incontournables aspects cultuels et christologiques, l'Encyclique ajoute une nette dimension ecclésiologique, elle aussi essentielle pour une juste compréhension de la valeur du célibat : « "Saisi par le Christ Jésus" (Phil 3, 12) jusqu'à s'abandonner totalement à Lui, le prêtre se configure plus parfaitement au Christ également dans l'amour avec lequel le Prêtre éternel a aimé l'Église son Corps, s'offrant tout entier pour elle, afin de s'en faire une Épouse glorieuse, sainte et immaculée (cf. Eph 5, 25-27). La virginité consacrée des ministres sacrés manifeste en effet l'amour virginal du Christ pour l'Église et la fécondité virginale et surnaturelle de cette union, en vertu de quoi les fils de Dieu ne sont pas engendrés de la chair et du sang (Jean 1, 13) » (n. 26). Comment le Christ pourrait-il aimer l'Église d'un amour qui ne soit pas virginal ? Comment le Prêtre, alter Christus, pourrait-il être l'époux de l'Église d'une façon non virginale ?

De l'argumentation générale de l'Encyclique, il ressort une profonde interconnexion de tous les motifs du célibat sacré. De quelque côté on veuille bien le considérer, il apparaît toujours plus radicalement et plus intimement uni au Sacerdoce.

Parmi les motifs ecclésiologiques en faveur du célibat, l'Encyclique souligne aux numéros 29, 30 et 31 le rapport indépassable qui existe entre le célibat et le Mystère Eucharistique. Par le célibat, dit-elle, « le prêtre s'unit plus intimement à l'offrande, en déposant sur l'autel toute sa vie marquée des signes de l'holocauste. [...] En mourant quotidiennement à lui-même, en renonçant, par amour du Seigneur et de son règne, à l'amour légitime d'une famille qui ne soit qu'à lui, il trouvera la gloire d'une vie pleine et féconde dans le Christ, puisque, comme Lui et en Lui, il aime tous les enfants de Dieu et se donne à eux ».

Le dernier grand ensemble de motifs présentés en faveur du célibat sacré se rapporte à sa signification eschatologique. Par l'affirmation que le Royaume de Dieu n'est pas de ce monde (cf. Jn 18,30), qu'à la Résurrection on ne prend ni femme ni mari (cf. Mt 22,30), et que « le don précieux et divin de la chasteté parfaite en vue du royaume des cieux constitue précisément "un signe particulier des biens célestes" (cf. 1 Cor 7, 29-31) », le célibat est encore présenté comme « un témoignage de l'aspiration du Peuple de Dieu vers le but dernier de son pèlerinage terrestre, et une invitation pour tous à lever les yeux vers le ciel » (n. 34).

Celui qui est revêtu de l'autorité pour conduire ses frères à la reconnaissance du Christ, à l'accueil des vérités révélées, à une conduite de vie toujours plus irréprochable, en un mot, à la sainteté, trouve ainsi dans le célibat sacré une prophétie très adaptée et extraordinairement forte, capable de conférer une autorité particulière à son Ministère et une fécondité aussi bien exemplaire qu'apostolique à son action.

Avec une actualité extraordinaire, l'Encyclique répond aussi aux objections qui voient dans le célibat une mortification de l'humanité, qui serait ainsi privée de l'un des plus beaux aspects de la vie. Elle affirme au n. 56 : « Au cœur du prêtre l'amour n'est pas éteint. Puisée à la source la plus pure (cf. 1 Jean 4, 8-16), exercée à l'imitation de Dieu et du Christ, la charité n'est pas moins exigeante et concrète que tout amour authentique (cf. 1 Jean 3, 16-18). Elle élargit à l'infini les horizons du prêtre, elle approfondit et dilate son sens des responsabilités - indice de maturité de la personne - et elle forme en lui, comme expression d'une paternité plus haute et plus large, une plénitude et une délicatesse de sentiments qui sont pour lui une richesse surabondante ». En un mot, « en élevant l'homme tout entier, le célibat contribue effectivement à sa perfection ».

En publiant en 1967 l'Encyclique Sacerdotalis caelibatus, le Serviteur de Dieu Paul VI pose un des actes magistériels les plus courageux et les plus clarificateurs de tout son Pontificat. Une encyclique qui devrait être attentivement étudiée par chaque candidat au Sacerdoce dès le début de sa formation et certainement avant de poser sa demande d'admission à l'ordination diaconale. Elle devrait être reprise périodiquement dans la formation permanente et faire l'objet non seulement d'une étude serrée au niveau biblique, historique, théologique, spirituel et pastoral, mais aussi d'une profonde méditation personnelle.


5. Jean-Paul II et Pastores dabo vobis

Dès le début de son Pontificat, le Serviteur de Dieu Jean-Paul II a réservé une grande attention au thème du célibat, en en rappelant la validité permanente et en soulignant son lien vital avec le Mystère Eucharistique. Le 9 novembre 1978, à peine quelques semaines après son élection, il affirmait dans son premier discours au Clergé de Rome : « Le IIe Concile du Vatican nous a rappelé cette splendide vérité sur le ‘sacerdoce universel' de tout le Peuple de Dieu, qui découle de la participation à l'unique sacerdoce de Jésus-Christ. Notre sacerdoce ‘ministériel', enraciné dans le sacrement de l'Ordre, se différencie essentiellement du sacerdoce universel des fidèles. [...] Notre sacerdoce doit donc être limpide et expressif, [...] étroitement lié au célibat, [...] à cause de la limpidité et de l'expressivité ‘évangéliques' auxquelles se réfèrent les paroles de Notre-Seigneur sur le célibat ‘pour le Royaume des cieux' (cf. Mt 19, 12) ».

L'Exhortation Apostolique Pastores dabo vobis est certainement une pierre milliaire parmi les documents sur le Sacerdoce et la formation sacerdotale. Le don du célibat y est saisi dans le lien qui unit Jésus et le prêtre. Pour la première fois on fait aussi mention de l'importance psychologique de ce lien et cela non sans rapport avec l'importance ontologique. Nous lisons en effet au n. 72 : « Dans ce lien entre le Seigneur Jésus et le prêtre, lien ontologique et psychologique, sacramentel et moral, résident le fondement en même temps que la force nécessaire de cette ‘vie dans l'Esprit' et de ce ‘radicalisme évangélique' auquel chaque prêtre est appelé et que favorise la formation permanente sous son aspect spirituel ».

Vie selon l'Esprit et radicalisme évangélique représentent donc les deux axes incontournables sur lesquels s'appuie la validité permanente et théologiquement fondée du célibat sacerdotal. Le fait que le Serviteur de Dieu Jean-Paul II en rappelle immédiatement la validité, en propose une lecture ontologique et sacramentelle, et tienne compte des justes implications psychologiques que le charisme du célibat opère dans la construction de la maturité chrétienne et sacerdotale, ceci justifie et encourage à considérer ce trésor ecclésial irremplaçable à l'enseigne de la continuité la plus ininterrompue et de la prophétie la plus audacieuse.

Nous pourrions en effet affirmer que la mise en cause et la relativisation du célibat sacré relèvent d'une résistance au souffle de l'Esprit tandis que, à l'opposé, sa pleine valorisation, sa juste acceptation, le témoignage lumineux et indépassable qui en découle relèvent de l'ouverture et de la prophétie. Véritable prophétie aujourd'hui encore dans l'Eglise, surtout sous le poids des drames récents qui ont horriblement souillé sa tunique immaculée et, de façon plus évidente encore, face à la société hyper érotisée où domine la banalisation de la sexualité et de la corporéité.

Le célibat crie au monde que Dieu existe, qu'il est Amour, et qu'il est possible à toute époque de vivre pleinement de Lui et pour Lui. Et c'est absolument naturel que l'Eglise choisisse ses Prêtres parmi ceux qui ont reçu et porté à maturité, de façon accomplie et donc prophétique, leur « existence pour », c'est-à-dire leur existence pour un Autre, pour le Christ !

Le Magistère de Jean-Paul II, tellement attentif à la mise en valeur de la famille et du rôle de la femme dans l'Eglise et la société, n'a absolument pas peur de rappeler la validité permanente du célibat sacré. Nombreuses sont les études qui se consacrent depuis lors sur le thème intéressant et lourd de conséquences de la corporéité et de la « théologie du corps » dans le Magistère du Serviteur de Dieu.

Ce Pape qui, peut-être plus que tous les autres de ces derniers temps, a élaboré et vécu une grande théologie du corps, c'est justement lui qui nous entraine dans une affection profonde pour le célibat et le dépassement de toute tentative de réduction à un fonctionnalisme, grâce à la mise en valeur des dimensions ontologique, sacramentelle, théologique et spirituelle.

Un dernier aspect, celui de la fraternité sacerdotale, apparaît dans le Magistère de Jean-Paul II, non pas tant comme une nouveauté que comme une insistance précieuse (ce thème existe déjà dans Presbyterorum Ordinis). La fraternité sacerdotale est considérée, non pas selon une réduction psychologique ou émotive, mais à sa racine sacramentelle, dans la relation à l'Ordinaire et au Presbyterium uni à l'Evêque. La fraternité sacerdotale est constitutive du Ministère ordonné, elle en souligne la dimension de « corps ». Elle est le lieu naturel des relations fraternelles saines, de l'aide concrète, tant matérielle que spirituelle, du compagnonnage et du soutien sur la route commune de la sanctification personnelle, laquelle se réalise précisément par le Ministère qui nous est confié.

Je désire enfin faire une allusion au Catéchisme de l'Eglise Catholique qui a été publié durant le Pontificat de Jean-Paul II en 1992. Beaucoup s'accordent à l'affirmer, il constitue l'instrument authentique mis à notre disposition pour une correcte herméneutique des textes du Concile Œcuménique Vatican II. Et il doit toujours plus devenir une référence incontournable pour la catéchèse et toute l'action apostolique. Or le Catéchisme rappelle avec autorité la validité permanente du célibat sacerdotal. On lit au n. 1579 : « Tous les ministres ordonnés de l'Eglise latine, à l'exception des diacres permanents, sont normalement choisis parmi les hommes croyants qui vivent en célibataires et qui ont la volonté de garder le célibat "en vue du Royaume des cieux" (Mt 19, 12). Appelés à se consacrer sans partage au Seigneur et à "ses affaires", ils se donnent tout entiers à Dieu et aux hommes. Le célibat est un signe de cette vie nouvelle au service de laquelle le ministre de l'Eglise est consacré; accepté d'un cœur joyeux, il annonce de façon rayonnante le Règne de Dieu ».

Posté le 10 mars 2011 par Abbé Jean-Laurent Lefèvre


Le célibat sacerdotal

Le célibat sacerdotal de Pie XI à Benoit XVI

 

Conférence de S.Em. le Cardinal Mauro Piacenza

préfet de la Congrégation pour le Clergé tenue à Ars du 24 au 26 janvier 2011


1. Pie XI et l'Encyclique Ad Catholici Sacerdotii

L'histoire a retenu la passion du Pape Pie XI pour les Vocations sacerdotales et son engagement inlassable en faveur de la création de Séminaires dans tout l'univers catholique, où les jeunes qui se préparent au Ministère sacerdotal puissent recevoir une formation adéquate.

C'est dans ce contexte qu'il faut comprendre l'Encyclique Ad Catholici Sacerdotii du 20 décembre 1935, promulguée à l'occasion du 56ème anniversaire de l'Ordination sacerdotale du Souverain Pontife. L'Encyclique comprend quatre parties. Les deux premières sont plus spécifiquement consacrées aux fondements. Elles ont pour titres : 1. « La sublime dignité : Alter Christus » ; 2. « Revêtu de splendeur ». Les troisième et quatrième parties ont un caractère plus normatif et disciplinaire, elles concentrent leur attention sur la préparation des jeunes au Sacerdoce et sur quelques aspects de la spiritualité.

La seconde partie de l'Encyclique est particulièrement intéressante pour notre sujet car elle consacre un paragraphe entier à la chasteté. Il faut noter toutefois que, dans la seconde partie, ce paragraphe fait suite à celui qui présente le prêtre comme « imitateur du Christ » et à celui qui est consacré à la « piété sacerdotale ». On voit ainsi que Pie XI, comme l'Eglise l'a toujours fait, avait une conception ontologique et sacramentelle du Sacerdoce. C'est d'elle que dérive l'exigence de l'imitation du Christ et de l'excellence de la vie sacerdotale, surtout dans son orientation vers la sainteté. L'Encyclique dit en effet : « Le Sacrifice eucharistique, dans lequel s'immole la Victime immaculée qui enlève les péchés du monde, exige d'une façon particulière que le prêtre, par une vie sainte et droite, se rende le moins indigne possible du Dieu à qui, tous les jours, il offre cette Victime adorable, le Verbe de Dieu lui-même incarné par amour pour nous » et encore : « Le prêtre s'acquitte d'une mission au nom du Christ (2 Co, 5, 20), il doit donc vivre de manière à pouvoir faire siennes les paroles de l'Apôtre : Soyez mes imitateurs comme je le suis du Christ (1 Co 4, 16 ; 11, 1). Il doit vivre comme un autre Christ qui, par l'éclat de ses vertus, illuminait et illumine encore le monde ».

Juste avant de parler de la chasteté, comme pour en souligner le lien étroit, Pie XI insiste sur l'importance de la piété sacerdotale. Il affirme : « Il s'agit de cette piété solide, qui n'est pas soumise aux fluctuations incessantes du sentiment, mais s'appuie sur les principes de la doctrine la plus sûre, et s'édifie sur des convictions fermes qui résistent aux assauts et aux séductions de la tentation ». Il ressort clairement de ces affirmations que la compréhension du Célibat sacré est en relation profonde et étroite avec une bonne formation doctrinale, fidèle à l'Ecriture Sainte, à la Tradition et au Magistère pérenne de l'Eglise, ainsi qu'à un authentique exercice de la piété, ce que nous appelons aujourd'hui une « intense vie spirituelle », à l'opposé des dérives sentimentales qui dégénèrent souvent dans le subjectivisme, et des déviations rationalistes, également diffuses, qui produisent un scepticisme critique, lequel n'a rien à voir avec un sens critique intelligent et constructif.

Dans l'Encyclique Ad Catholici Sacerdotii, la chasteté est présentée comme « intimement unie à la piété dont elle doit recevoir éclat et fermeté ». Le Pape en tente une justification rationnelle, selon le droit naturel, avec cette affirmation : « La seule lumière de la raison fait percevoir un lien indubitable entre cette vertu et le ministère sacerdotal puisque Dieu est esprit (Jn 4, 24), il convient que celui qui se voue et se consacre à son service "se dépouille de son corps" en quelque manière ». Mais cette première affirmation est suivie de la reconnaissance de la supériorité du Sacerdoce chrétien sur le sacerdoce de l'Ancien Testament comme sur l'institution sacerdotale naturelle propre à chaque tradition religieuse.

L'Encyclique place ici au centre de la réflexion l'expérience même du Seigneur Jésus, comprise comme un modèle pour tous les prêtres. Elle dit en effet : « La haute estime dont le divin Maître avait fait montre pour la chasteté en l'exaltant comme une chose qui dépasse les forces ordinaires, [...] devrait pour ainsi dire nécessairement faire sentir aux prêtres de la Nouvelle Alliance l'attrait céleste de cette vertu choisie, leur faire désirer d'être du nombre de ceux ‘à qui il a été donné de comprendre cette parole' (cf. Mt 19, 11) ».

Avec ces affirmations de l'Encyclique, il est possible de reconnaître une certaine complémentarité entre le désir de fonder la chasteté sacerdotale sur la nécessité de la pureté cultuelle et l'exigence, bien plus large et aujourd'hui mieux comprise, de la présenter comme imitatio Christi, c'est-à-dire comme moyen privilégié pour imiter le Maître qui a vécu de manière exemplaire dans la pauvreté, la chasteté et l'obéissance.

Pie XI ne manque pas, par ailleurs, de citer les affirmations du magistère à propos de l'obligation de la chasteté, en particulier le Concile d'Elvire et le second Concile de Carthage qui, bien que du 4ème siècle, témoignent de manière évidente d'une coutume bien antécédente et affermie. Celle-ci peut, par conséquent, être formalisée comme loi.

Avec un accent extraordinairement moderne, c'est-à-dire immédiatement accessible à notre mentalité, l'Encyclique parle de la liberté avec laquelle on accueille le don de la chasteté. Elle s'exprime ainsi : « Nous disons "librement" parce que si, après l'ordination, ils ne seront plus libres de contracter un mariage terrestre, à l'ordination même, ils se présentent sans y être contraints par aucune loi ni par aucune personne, mais spontanément et de leur propre mouvement ». En réponse à quelques objections contemporaines sur une soi-disante obstination de l'Eglise qui impose le Célibat aux jeunes, nous pourrions déduire que le Magistère de Pie XI le voit comme le fruit de l'accueil libre d'un charisme surnaturel que personne n'impose et ne pourrait imposer. La norme ecclésiastique doit être comprise comme le choix de l'Eglise qui n'admet au Sacerdoce que ceux qui ont reçu le charisme du Célibat et qui l'ont accueilli librement.

S'il est légitime de soutenir que, selon le contexte de l'époque, le fondement du Célibat ecclésiastique dans l'Encyclique Ad Catholici Sacerdotii de Pie XI repose sur des motifs, d'ailleurs valables, de pureté rituelle, il n'en reste pas moins possible de reconnaître dans le même texte le concept important d'exemplarité du Célibat du Christ comme celui de Sa liberté, qui est la même que celle à laquelle les prêtres sont appelés.

2. Pie XII et l'Encyclique Sacra Virginitas

L'Encyclique Sacra Virginitas du Serviteur de Dieu Pie XII, publiée le 25 mars 1954, apporte une contribution magistérielle déterminante. Comme toutes les Encycliques de ce Pape, elle brille par la clarté et la profondeur de sa doctrine, par la richesse des références bibliques, historiques, théologiques, spirituelles. Elle constitue encore aujourd'hui un texte de référence particulièrement remarquable.

Si, strictement parlant, l'Encyclique a comme objet formel, non le célibat ecclésiastique mais la virginité pour le Royaume des Cieux, il n'en reste pas moins qu'elle contient de très nombreuses pistes de réflexion et des références explicites à la condition célibataire, même du Sacerdoce.

Le Document comprend quatre parties : la première présente « la vraie conception de la condition virginale », la seconde repère et réfute quelques erreurs de l'époque qui n'ont pas perdu pour nous leur actualité, la troisième développe le rapport entre virginité et sacrifice, et la quatrième, en guise de conclusion, considère quelques espérances et quelques craintes liées à la virginité.

La première partie présente la virginité comme une manière excellente de vivre la sequela Christi. « Qu'est-ce en effet que suivre sinon imiter ? » se demande le Pape. Et de répondre : « Tous ces disciples ont donc embrassé l'état de la virginité, par conformité avec le Christ leur époux. Il ne pouvait souffrir, en effet à leur ardente charité envers le Christ de lui être unie par les simples liens de l'affection : mais il fallait absolument que cette même charité fût éprouvée par l'imitation de Ses vertus, particulièrement par une conformité avec Sa vie, toute consacrée au bien et au salut du genre humain. Si les prêtres [...] observent la chasteté parfaite, c'est en définitive parce que leur Maître Divin fut Lui aussi vierge jusqu'à la fin de sa vie ».

En réalité, et ce n'est certes pas un hasard, le Pape assimile la condition virginale des prêtres à celle des religieux et des religieuses. Il montre ainsi que le célibat, bien qu'il diffère du point de vue normatif, a en réalité le même fondement théologique et spirituel.

Le Souverain Pontife présente un autre motif du célibat dans l'exigence, liée au Mystère, d'une profonde réalité spirituelle. L'Encyclique nous dit : « C'est précisément pour que ses ministres sacrés arrivent à cette liberté spirituelle de l'esprit et du corps et qu'ils ne soient pas embarrassés dans des affaires terrestres que l'Église latine leur demande d'assumer volontairement et de bon gré l'obligation de la chasteté parfaite », et elle ajoute : « Il faut de plus observer que les ministres sacrés s'abstiennent complètement du mariage, non seulement pour qu'ils s'acquittent de leur charge apostolique, mais également parce qu'ils servent à l'autel ». Il apparaît ainsi que, dans le Magistère de Pie XII, le motif apostolique et missionnaire s'unit à juste raison au motif cultuel, en une synthèse qui, au-delà de toute polarisation, présente l'unité réelle et complète des motifs en faveur du célibat sacerdotal.

D'ailleurs, déjà dans l'Exhortation Apostolique Menti Nostrae, le même Pie XII affirmait : « Par cette loi du célibat, bien loin de perdre le privilège de la paternité, le prêtre l'accroît à l'infini, car il engendre une postérité non pour cette vie terrestre et passagère, mais pour la vie céleste et éternelle ».

Mission, caractère sacré du Ministère, imitation réelle du Christ, fécondité et paternité spirituelle, constituent donc le fond de référence incontournable du célibat sacerdotal, et on doit en tenir compte dans la correction de quelques erreurs, sans cesse dans l'air, comme la méconnaissance de l'excellence objective - indépendamment de la sainteté subjective -, de l'état virginal par rapport à la condition matrimoniale, l'affirmation de l'impossibilité humaine de vivre la condition virginale, ou le sentiment que les consacrés sont étrangers à la vie du monde et de la société. A ce sujet, le Pape affirme : « Ceux qui ont embrassé l'état de chasteté parfaite n'appauvrissent pas pour autant leur personnalité humaine. Ils reçoivent, en effet, de Dieu lui-même, un don spirituel qui dépasse de loin ‘l'aide mutuelle' que les époux reçoivent l'un de l'autre. En se consacrant directement à Celui qui est leur Principe et qui leur communique Sa Vie divine, ils ne s'appauvrissent pas mais s'enrichissent ».

Ces affirmations pourraient suffire à réfuter de façon suffisamment claire tant d'objections de caractère psycho-anthropologique qui sont faites encore aujourd'hui contre le célibat sacerdotal.

Le dernier et grand thème fondamental de l'Encyclique Sacra Virginitas est plus directement sacerdotal. C'est celui du rapport entre la virginité et le sacrifice. Le Pape observe en citant saint Ambroise : « La chasteté parfaite n'est qu'un conseil, un moyen capable de conduire ceux ‘à qui cela a été donné' (Mt 19,11), d'une façon plus sûre et plus facile à la perfection évangélique. Elle n'est pas imposée mais proposée ». Nous avons ainsi une double invitation de Pie XII, dans le sillage des Pères de l'Eglise : il affirme d'une part la nécessité de « bien mesurer les forces » pour discerner si on est en mesure d'accueillir le don de la grâce du célibat, et il offre ainsi à toute l'Eglise, spécialement aujourd'hui, un critère sûr pour un discernement honnête. D'autre part, le Pape met en évidence le lien intrinsèque qui existe entre chasteté et martyre lorsqu'il enseigne, avec saint Grégoire le Grand, que la chasteté remplace le martyre et représente, à toute époque, la forme de témoignage la plus haute et la plus efficace.

Tout le monde voit bien que, surtout dans notre société sécularisée, la continence parfaite pour le Royaume des Cieux représente un des témoignages les plus efficaces et les plus capables de « provoquer » salutairement l'intelligence et le cœur de nos contemporains. Dans un climat toujours plus largement et violemment érotisé, la chasteté, surtout de ceux qui, dans l'Eglise, sont revêtus du Sacerdoce ministériel, représente un défi, encore plus puissamment éloquent, lancé à la culture dominante et, en définitive, au questionnement sur l'existence de Dieu comme sur la possibilité de Le connaître et d'entrer en relation avec Lui.

Il me paraît maintenant nécessaire de mettre en lumière une ultime réflexion sur l'Encyclique de Pie XII qui, plus que les autres, va nettement à contrecourant de tant d'habitudes aujourd'hui répandues même parmi certains membres du Clergé et en différents lieux de « formation ». En citant saint Jérôme, le Pape souligne que « pour protéger la chasteté, la fuite vaut mieux que la lutte ouverte [...] et cette fuite consiste non seulement à éviter avec soin les occasions du péché, mais surtout dans ce genre de combat, à élever notre esprit vers Celui à qui nous avons consacré notre virginité. ‘Regardez la beauté de Celui qui vous aime', recommande saint Augustin ».

Il semblerait aujourd'hui quasi impossible à l'éducateur de transmettre la valeur du célibat et de la pureté aux jeunes séminaristes, dans un contexte dans lequel il apparaît de fait impossible de veiller sur les regards, les lectures, l'utilisation d'Internet et les connaissances. Si l'engagement mûr de la liberté des candidats pour une collaboration consciente et volontaire à leur formation est toujours plus évidente et nécessaire, l'Encyclique ne juge pas moins comme une erreur, et nous y adhérons pleinement, le fait de permettre à celui qui se prépare au Sacerdoce de faire n'importe quelle expérience sans le discernement nécessaire et le détachement obligatoire du monde. Permettre cela équivaut à tout ignorer de l'homme, de la psychologie, de la société, de la culture dans laquelle nous vivons. Cela revient à être enfermé dans une sorte d'idéologie à priori, qui s'oppose à la réalité. Il suffit de regarder autour de nous pour constater le réalisme des versets du psaume : « Ils ont des yeux et ne voient pas... ».

Je dois avouer à la fin de ce bref excursus sur l'Encyclique de Pie XII (mais je pourrais le dire également pour celle de Pie XI), qu'elles me surprennent toujours par leur modernité et leur actualité. Tout en focalisant, de façon prééminente, l'aspect sacral du célibat et le lien entre l'exercice du Culte et la virginité pour le Royaume des Cieux, le Magistère de ces deux Papes présente un Célibat christologiquement fondé, tant sur la configuration ontologique au Christ Prêtre et Vierge que sur l'Imitatio Christi.

S'il est en partie justifié de voir dans le Magistère papal sur le Célibat avant le Concile Vatican II, une insistance sur les arguments qui touchent le sacré et le rituel, et dans le Magistère qui suit le Concile une ouverture à des motifs plus christologiques et pastoraux, il n'en reste pas moins nécessaire de reconnaître - et cela est fondamental pour une correcte herméneutique de la continuité, c'est-à-dire pour une herméneutique catholique - que Pie XI et Pie XII emploient amplement des arguments théologiques. A partir des enseignements que nous avons analysés, il ressort que le Célibat n'est pas seulement particulièrement opportun et approprié à la condition sacerdotale, mais qu'il est intimement lié à l'essence même du Sacerdoce, lorsqu'on le conçoit comme participation à la Vie du Christ, à Son Identité et, par conséquent à Sa Mission. Ce n'est certainement pas un hasard si les Eglises de Rite oriental qui ordonnent également des viri probati, n'admettent en aucun cas à l'ordination épiscopale des prêtres mariés.

(suite dans le prochain bulletin...)

 

Posté le 03 mars 2011 par Abbé Jean-Laurent Lefèvre


Ouverture d'un ouvroir pour notre communauté !

Lundi 27
septembre
: Première réunion de l’ouvroir
, à l’église

 

 

 

(Merci à toutes les bonnes volontés de prendre contact pour cela avec M. l'Abbé Lefèvre)

 

 

 

Chasuble

Posté le 02 mars 2011 par AB PMD


Actualité

S.Em. le Cardinal Vingt-Trois écrit au ministre pour demander réparation

 

Le Cardinal-archevêque de Paris a écrit au ministre des affaires étrangères et européennes Laurent Wauquiez pour lui demander d'intervenir auprès de la Commission européenne, au sujet des agendas 2011 qu'elle a fait éditer pour les distribuer dans les écoles, et qui ne mentionnent aucune fête chrétienne tout en mentionnant les fêtes des autres religions !

Extrait de la lettre du Cardinal :

"L'émotion suscitée par cette affaire, qui paraît, à première vue, à peine croyable, tant elle constitue un déni de notre culture européenne, de ses racines et une atteinte à la Foi de centaines de millions de personnes sur notre continent, est très vive.

J'ai lu la réponse du Commissaire européen, Monsieur John Dalli, qui me parait pour le moins laconique et minimaliste, bien en deçà de ce que l'on est en droit d'attendre.

Je voudrais savoir quelles sont les démarches entreprises par le gouvernement français auprès de la Commission européenne pour manifester votre désapprobation devant une telle atteinte aux convictions des chrétiens de notre pays (en pleine opposition avec les traités régissant l'Union européenne) et pour obtenir une réparation morale de ce qui est perçu légitimement comme un scandale."

 

Réponse de M. Laurent Wauquiez :

"Dans cet agenda, on parle de beaucoup de choses sauf de notre identité européenne. On parle de Ghandi, de la découverte de la tomate au Pérou ou de l'Antarctique, mais on ne parle pas de ce qu'est l'identité européenne. L'Europe, ce n'est pas une coquille creuse, c'est une communauté de valeurs, de grands personnages de l'Histoire, de grandes dates. Assumons cette identité.

Dans cet agenda, "il y a beaucoup de fêtes religieuses qui sont mentionnées, ce n'était pas obligatoire. Des fêtes indoues, des fêtes chinoises, musulmanes et aucune fête chrétienne. A quoi ça rime? On a honte de notre identité chrétienne? On a honte que l'Europe des clochers a été constitutive de notre identité européenne?"

 

La Commission européenne a répondu qu'elle allait rééditer un agenda, cette fois sans aucune fête religieuse !

Posté le 15 janvier 2011 par Annonces de la semaine


1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22   23   24   25   26   27   28   29   30   31   32   33   34  




Accueil     |   Liens utiles     |   Contacts     |   A propos de ce site  |   Administration
Nb de visiteurs:  89116 | Nb de visiteurs aujourd'hui:  11 | Nb de connectés:  1
Compteur mis en service le 20 mars 2007

Copyright "fssp.fontainebleau" 2016, tous droits réservés
Dernière mise à jour : Avril 2016